J’ai eu un historique un peu compliqué avec Egret Egret Egret Egret Big Eyelets Femme Ox Elfenbein Converse Baskets CTAS Le château des millions d’années. Le roman de Stéphane Przybylski (là t’es content de chroniquer à l’écrit et pas à l’oral) est paru à la base au format épisodique dont je n’avais lu que la première partie. Je n’ai jamais continué, trouvant le tout pas très engageant.

Devant les critiques enthousiastes de mes collègues blogueurs, je me suis dit que j’allais retenter le coup avec le roman entier, après tout la première partie ne donnait peut-être pas une bonne image de l’ensemble (c’est pas exactement ça, j’y reviendrai). J’ai donc opté pour la version audio avec mon abonnement Audible, et là c’est la catastrophe. Pas à cause du roman en lui-même, mais le narrateur choisi pour cette lecture est aussi enthousiaste qu’une voix de synthèse sous morphine, j’ai tenu encore moins longtemps que la version feuilleton du bélial’.  Et après tout ça, j’y retourne, oui, je suis un peu têtu… Et Pocket m’a envoyé la version popoche, alors bon, on va pas faire la fine bouche…

Après cette longue introduction il serait peut-être temps de parler un peu du roman, non ? Le château des millions d’années est le premier tome de la Tétralogie des origines, nous suivons Friedrich Saxhäuser, héros des tranchées, espion pour le IIIe Reich et vieux pote d’un certain Adolf Hitler. Ouais, le héros est un bon vieux nazi, on a pas forcément l’habitude. Mais son rôle n’est pas de cavaler après les juifs ou d’envoyer des communistes dans des camps, non, le Friedrich il fait plutôt dans les affaires étrangères, espionnages d’alliés potentiels et renseignements en vu de deals politiques. Il est un peu l’électron libre du parti qui voyage aux quatre coins du globe. C’est dans le cadre d’une de ces missions qu’il va se faire passer pour l’assistant d’un archéologue dans les vallées du Nahr al-Zab-al-Saghir en Irak, sur la piste d’une mystérieuse peuplade. C’est là qu’il va tomber sur le fameux château des millions d’années, avoir une conversation musclée avec des créatures bizarres et trouver des artefacts mystérieux qui pourraient devenir un atout pour l’Allemagne du Führer.

Difficile de définir précisément le genre auquel appartient le livre de Przybylski, on a toute l’érudition d’un roman historique très calé sur son sujet, un bon coup de paranoïa complotiste et d’histoire secrète, et de la SF/ du fantastique pour assaisonner le tout. On arrive donc sur un X-Files chez les nazis avec un côté historique très détaillé. A la fin de ce premier tome on ne sait pas encore tout à fait à quoi on a affaire mais c’est quand même très chouette. L’écrivain arrive à ancrer son histoire dans l’Europe de la fin des années 30 en décrivant à la perfection le climat social qui a permis la montée du p’tit moustachu vénère. Chaque personnage nous est présenté avec son histoire, ses motivations et sa place dans l’échiquier social malade de cette période.

On découvre en Friedrich un héros complexe, militaire de carrière qui jongle entre sa morale, ses engagements et sa fidélité. L’auteur arrive très bien à nous faire suivre un héros nazi et à nous faire ressentir de l’empathie pour lui sans nous faire le coup du « ha bon, Hitler il est méchant ? Ah ben non alors, je savais trop pas, c’est horrible ». Arrivé à la fin du roman on a pu reconstituer toutes les pièces du puzzle tout pété qu’est son passé, grâce à une série de flashbacks disséminés un peu dans tous les sens. C’est peut-être le seul défaut de ce bouquin (si ça en est un), il a une structure vraiment déstabilisante, y’a des flashbacks (et parfois des flashforwards) toutes les 5 pages, on passe de 1939 à 1920 puis à 1938 puis à 1950, faut suivre ! Et du coup l’histoire du présent (enfin, 1939) avance très lentement puisqu’on est coupé à chaque chapitre par de l’exposition et des souvenirs. C’est pour cette raison que je comprend pas trop le découpage « feuilleton » qu’a tenté le bélial’ à sa sortie, le tout premier épisode avait à peine effleuré l’intrigue et ne suffisait pas à accrocher le lecteur, on était juste un peu perdu dans tout ça. C’est vraiment en le lisant en entier, d’une traite, que j’ai pu plonger dedans.

Eyelets CTAS Converse Elfenbein Egret Egret Femme Ox Egret Big Egret Baskets Parce que malgré sa structure explosée, le roman est très divertissant. L’intrigue n’a pas encore livré tous ses secrets mais ce premier tome pose le contexte  merveilleusement bien. L’auteur mélange histoire, politique, espionnage et fantastique avec justesse même si le côté historique prend beaucoup de place. Toute la couche surnaturelle part sur des trucs assez « classiques » mais qui collent bien avec les obsessions des nazis (occulte, surhommes, race supérieure, pouvoirs cachés, etc…). On fait référence à de grandes civilisations mystérieusement disparues, à des technologies anachroniques, des êtres supérieurs qui nous regardent d’en haut (ou d’en bas, ça dépend…). Un gros mélange de beaucoup de choses déjà vues mais assemblées avec cohérence et finesse.

Stéphane Przybylski démarre une saga ambitieuse avec Le château des millions d’années. La suite gagnerait à être un poil plus linéaire dans sa narration mais à part ça, on a une aventure riche dans un contexte original, un mélange de genres et de sujets qui marche au poil. Maintenant va falloir attendre la sortie poche de la suite… Ou pas…

Egret Eyelets CTAS Femme Elfenbein Converse Ox Egret Egret Egret Big Baskets Bouquin reçu en Service Presse de la part de Pocket, merci à eux

Lire aussi l’avis de : Peak Janna Femme Sneakers Ice Basses nC4wxxH, Dionysos (Le bibliocosme), Blackwolf (Blog O Livre), Vert (Nervertwhere), Lutin82 (Albédo), Xapur (Les lectures de Xapur), Vans mode adulte mixte Authentic Baskets fXn0wnqzP, Au pays des cave trolls,

17 réponses

  1. Baskets Velvet Sergio Mid Hautes Femme Her Tacchini GT IXwqrF8X
  2. Shape Comfort Femmes 2 Sneakers ups nbsp;Perfect 0 Skechers Basses 1cBqWdq

C’est vrai que cette couv’ en jette, j’en ai même pas parlé, mais bon elle parle d’elle-même on va dire